Type de violence

POURQUOI ON ENDURE

nwes1kn8.gif

POURQUOI ON ENDURE
Source: ROCRAY, Liliane. Coup de Pouce, Mars 1997.

Malgré les campagnes de conscientisation dans les médias, la violence conjugale continue de défrayerles manchettes.

Au Québec, chaque année, une trentaine de femmes se font assassiner par leur conjoint ou ex-conjoint, tandis que plus de 300,000 autres subissent les contrecoups de la violence.Pourquoi endure-t-on et comment faire pour s’en sortir?Quand on n’y est pas confrontée, on juge la violence conjugale inacceptable, qu’elle soit psychologique, verbale ou physique. Mais, lorsqu’elle fait partie du quotidien, elle engendre un réseau inextricable d’émotions contradictoires dans lequel la victime s’enlise, partagée entre l’envie de fuir et celle de rester, avec l’espoir que cela passera.

Et le coeur a des raisons que la raison veut ignorer…

Voici donc les principaux motifs qu’invoquent les femmes qui restent avec leur conjoint violent et, pour chacun, des portes de sortie possibles.

«J’ai peur»
La peur est la principale raison pour laquelle une femme endure la violence conjugale. «La peur te rend inintelligent rappelle Luce, 46 ans. Tu ne bouges plus, tu ne réagis plus, sauf pour essayer d’éviter le prochain coup. Je restais là, impuissante, et je dépérissais. Tout ce que je savais, c’est que je n’allais pas me suicider à cause de ça.»
«Ça», c’est un séchoir à cheveux allumé que son conjoint brandit au-dessus du bain dans lequel Luce se trouve. C’est un manche de balai lancé comme un javelot dans son dos. C’est un collier dont il se sert pour l’étrangler.
Il aura fallu l’intervention d’un couple d’amis, alarmés par la détérioration physique et mentale de Luce, pour la décider à quitter son mari. Ils lui ont offert un appartement qu’ils possédaient et l’ont accueillie chez eux la semaine précédant le déménagement. Le jour J, elle a emménagé avec une colocataire, à la fois pour partager les frais et pour combattre la peur. La terreur a disparu petit à petit et Luce s’est trouvé du travail. Un an plus tard, elle demandait le divorce.

Ce qu’on petit faire: Micheline Dubé, psychologue qui traite surtout des problèmes de violence conjugale, conseille vivement de se rendre avec nos enfants dans une maison d’hébergement pour y faire le point en toute sécurité. Si on ne connaît pas de maison d’hébergement, on téléphone à S.O.S. Violence conjugale. En opération 24 heures sur 24, cet organisme est en liaison constante avec les quelque 85 maisons d’hébergement du Québec.
Avant de partir: réunir tous les documents essentiels, pour soi et les enfants (contrat de mariage, livrets de banque, clés, cartes d’assurance-maladie et d’assurance sociale, etc.), et les placer en lieu sûr, hors de la portée du conjoint.

Et nul besoin de le prévenir de notre départ!

«Mon amour va le changer»
Malgré les humiliations et la menace que son mari trouve une femme plus jeune qu’elle, Sylvie est restée 12 ans avec lui. Ce mariage, la jeune femme de 34 ans en avait fait son cheval de bataille pour prouver aux autres qu’elle était la femme qu’il fallait à son mari (qui avait connu deux relations catastrophiques auparavant). Comme il se contentait de frapper sur les murs, Sylvie ne se croyait pas victime de violence conjugale, jusqu’au jour où elle a vu une dramatique de Janette Bertrand. Il lui a semblé se reconnaître, mais elle a téléphoné à une maison d’hébergement pour vérifier «si c’était correct, ce que je vivais, vu que je ne me faisais pas battre».
En mars 1993, son mari lui annonce qu’il la met à la porte. «J’ai négocié pour partir en juillet, mais les événements se sont précipités. On faisait chambre à part et une nuit, je me suis réveillée et il était là, carabine à la main, en train de chercher les balles sous prétexte qu’il avait entendu du bruit. J’ai paniqué …» Elle s’est réfugiée avec sa fille chez une amie et a obtenu du soutien à la maison d’hébergement qu’elle avait contactée.
Valérie, 23 ans et mère de trois enfants, était encore en maison d’hébergement au moment de notre entretien. Son leitmotiv est le même que celui de Sylvie: «Je vais tellement l’aimer qu’il va changer.»
Actuellement, elle est aux prises avec le mur de silence (qui est une autre forme de manipulation) érigé par son conjoint. «Avec lui, tout est tabou, on ne peut parler de rien. À ses yeux, c’est moi la faiseuse de merde, et quand il répond, c’est par méchanceté. J’ai l’impression que ma vie est foutue et que plus un homme ne voudra de moi.»

Ce qu’on peut faire:
Se demander ce qui nous pousse à jouer les «sauveuses» . «C’est parfois valorisant d’endosser le rôle d’héroïne, ça donne une raison d’exister, commente Micheline Dubé. Sylvie entend encore la phrase magique d’une intervenante qui lui a demandé: «Tu étais qui avant cette relation?»
«Comme je n’ai pas le physique d’un mannequin, je me disais qu’à part mon mari, personne d’autre ne pourrait m’aimer! Aujourd’hui, je ne veux plus sauver personne, je veux un complice.»

«J’ai honte, c’est de ma faute!»
La violence conjugale engendre une perte d’estime de soi ainsi qu’un grand sentiment de honte et de culpabilité. Hélène Langlois, intervenante au CLSC Saint-Louis-du Parc, à Montréal, le constate souvent: «La honte fait non seulement que les femmes restent, mais en plus, elles s’enferment dans le silence, de peur d’être jugées. Il faut d’abord déresponsabiliser la victime en lui faisant réaliser que la violence n’est pas son choix à elle, mais son choix à lui.»
À 52 ans, Colette Breton en connaît long sur la culpabilité. Avant d’épouser son chum, elle a eu trois enfants de lui, qu’elle a dû confier en adoption parce qu’elle était mineure. Une fois mariée, elle a eu deux autres enfants de ce même homme qui, pourtant, était déjà violent. Se sentant coupable de l’abandon de ses trois premiers bébés, Colette s’est accrochée à l’idée qu’elle pourrait les reprendre un jour, à condition de rester avec le père. Ce qu’elle a fait pendant 23 ans. Mariée surtout pour le pire, elle a enduré les coups, les injures, le contrôle, le mépris. Un jour, elle décide de s’inscrire à l’université.
Son conjoint, ulcéré qu’elle n’ait pas sollicité sa permission, lui dit: («Si je te pince en train de parler à un gars, je vais te tirer, pis tu vas mourir comme t’as vécu, sans tête.» Elle a réagi le jour où son fils de 16 ans lui a annoncé: «Papa a vu un beau fusil chez Canadian Tire.» C’est à ce moment-là que Colette s’est réfugiée dans une maison d’hébergement pour femmes où elle travaille comme intervenante depuis une dizaine d’années.

Ce qu’on peut faire
• Briser le silence. Si on n’a pas d’amie proche ou si on redoute les questions du genre «Qu’as tu fait pour qu’il te batte?», on s’adresse au CLSC de notre région, qui dispose d’un personnel qualifié et rompu aux mécanismes de la violence conjugale. On y propose des consultations gratuites et individuelles, à raison d’une fois par semaine.
• Dénoncer. Même si c’est extrêmement pénible. Selon Diane Prud’homme, du Regroupement provincial des maisons d’hébergement et de transition pour femmes victimes de violence, une femme a toujours avantage à dénoncer son conjoint puisque, de ce fait, il devient «visible» et fiché aux yeux de la loi. Hélène Langlois abonde dans ce sens: «Ce n’est pas le conjoint que l’on condamne, c’est son geste criminel. C’est un droit légitime que de dénoncer ce geste et on n’hésiterait pas à l’exercer contre un inconnu qui nous aurait agressée dans la rue.»

«J’ai peur qu’il se suicide»
«Le conjoint violent va utiliser toute la gamme des menaces, de l’homicide au suicide, souligne Micheline Dubé. Ce type d’homme est extrêmement manipulateur, et la femme sent bien sa fragilité. «Il a besoin de moi», finit-elle par se dire, malgré l’enfer qu’il lui fait vivre.»
Même à l’abri avec ses trois fils, Mia, 34 ans, s’inquiétait encore pour son mari, qui assumait seul les travaux de la ferme. Elle n’oubliera jamais la scène de son départ. Réveillé par le bruit du moteur, son mari a surgi de la maison en hurlant, grimpant sur le capot et s’acharnant contre le pare-brise. Ayant enfin réussi à démarrer, Mia s’est rendue avec ses enfants au poste, où un policier, alarmé par la cicatrice au menton du fils aîné, a signalé le fait à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ).
Mia, elle, a porté plainte au criminel avant de se réfugier chez son frère.
Le lendemain, elle prenait rendez-vous avec une psychologue du CLSC. Rongée par la peur que son homme n’entretienne des pensées suicidaires, elle l’a rencontré en cachette (en raison de l’accusation dont il faisait l’objet, son mari n’avait pas le droit de l’approcher) afin de discuter de la nécessité d’une thérapie pour hommes violents. «J’ai été chanceuse qu’il accepte de se faire aider, raconte-t-elle. Je lui ai donné sa chance parce que je l’aimais encore et que c’est le père de mes enfants. Et puis, je me suis dit que, si je me séparais, je risquais de tomber sur un autre gars avec les mêmes bibittes.»
Ses bibittes, Yves est allé les regarder de près dans centre pour hommes violents (voir Les groupes pour hommes violents, plus bas). Cinq mois plus tard, et lui ont repris la vie commune. Ils ont par la suite entrepris une thérapie de couple.

Ce qu’on peut faire
• Si on n’est pas prête pour une thérapie on peut se retirer pour une semaine (dans une maison d’hébergement ou chez une amie), le temps de prendre du recul et de se rendre compte que l’autre n’a sur nous que le pouvoir qu’on lui accorde.
• Lire Quand l’amour ne va plus – Échapper à un conjoint manipulateur. On y trouve des conseils, des exercices et une mine de renseignements précieux.

«Ce n’est pas si grave…»
Même en maison d’hébergement, Colette Breton ne voyait pas qu’elle était victime. Ce n’est que quelques mois plus tard, lorsqu’elle a raconté son expérience au cours du premier colloque québécois sur la violence conjugale, que Colette a admis la réalité: «À mesure que j’alignais les mots et les faits, je me rendais compte de ce que je disais.»

Ce qu’on peut faire
• Mme Breton suggère de tenir un journal des événements. S’il le faut, utiliser un code si on a peur que l’autre ne le lise. Par exemple: le 18, bouche (gifle); le 22, bleu (coup de poing), etc. Le fait de tenir un journal permettra de réaliser non seulement la présence de la violence, mais aussi sa fréquence. «Un jour, ce journal constituera peut-être une preuve pour la famille, les policiers et l’avocat», ajoute Mme Breton.
• Lire Choisir qui on aime, par Howard M. Halpern.

Que vont devenir mes enfants sans leur père?»
Selon une analyse menée en 1991 par Santé Canada, les enfants témoins de violence familiale ont tendance à reproduire les comportements de leurs parents. Les filles risquent davantage de se retrouver avec un partenaire violent, et les garçons, de perpétuer le modèle paternel dans leurs relations futures avec les femmes (trois fois plus que les autres garçons).
Benoît, 25 ans, en est un exemple typique. Son grand-père, son père et son frère sont violents. Lui, il a commencé à 20 ans lorsqu’il a frappé sa blonde de trois coups de poing au visage. Le lendemain, il s’est rendu au CLSC, où on lui a vivement conseillé une thérapie pour hommes violents. «J’y suis allé à reculons une première fois, en externe, pendant 15 semaines. Ça m’a pris du temps à voir mon problème, je ne réalisais même pas que j’en avais un! Plus tard, je me suis fait une autre blonde et j’ai recommencé à être violent, mais seulement verbalement. J’ai réussi à la convaincre que c’était elle qui avait un problème!»
Ébranlée, sa copine est allée consulter le thérapeute de Benoît. «Il a sauté sur le téléphone pour que je fasse une thérapie intensive de 26 jours. Encore là, je refusais de me voir. C’est seulement au bout de quatre jours que j’ai embarqué dans ma thérapie. Ç’a été un calvaire, entre autres lorsque j’ai réalisé que j’avais aussi agressé ma blonde sexuellement. Aujourd’hui, quand je vois mon frère taper sa fille, ça me bouleverse. Dans mon cas, je pense avoir mis un stop à une génération de violence. Je me sens prêt à avoir des enfants dans la joie, le respect et la non-violence.»

Ce qu’on peut faire
• Pour le conjoint. Si on tient à lui, l’inciter à suivre une thérapie pour hommes violents.
• Pour les enfants. Ne pas hésiter à consulter (gratuitement) une psycho-éducatrice du CLSC. Car,
lorsqu’ils sont témoins de violence, les enfants se trouvent coincés dans un conflit de loyauté. Ils peuvent devenir anxieux, voire dépressifs.

«Je n’ai pas d’argent»
Peu de femmes semblent savoir qu’elles ont droit à la sécurité du revenu lorsqu’elles quittent unconjoint violent et qu’elles sont sans travail.

Ce qu’on peut faire
• Pour connaître les conditions relatives à une demande d’aide sociale, on s’adresse au Bureau des renseignements et plaintes de la sécurité du revenu.
• Si le fait de demander de l’aide sociale blesse trop notre fierté, Mme Breton suggère, si c’est possible, de mettre un peu d’argent de côté, que l’on cachera dans les vêtements d’été ou d’hiver, avec nos documents importants.

Des statistiques effarantes
• Au Québec, chaque année, une femme sur neuf est victime de violence conjugale.
• Au Canada, une femme sur cinq qui se présente à l’urgence est victime de violence conjugale.
• Il existe plus de 80 maisons d’hébergement sur l’ensemble du territoire québécois.
• Pour 27 des 33 maisons membres de la Fédération des ressources d’hébergement pour femmes violentées et en difficulté du Québec, on a reçu 89,979 appels à l’aide en 1995-96.
• Parmi les victimes de violence conjugale, 3% tentent de se suicider.
• En 1994, 14,121 cas de violence conjugale ont été portés devant la cour, contre 11,795 en
1993: une hausse de 19,7%.

Quand on dénonce: comment ça se passe
• Sur un appel du 9-1-1, le policier se rend immédiatement chez la victime, que l’homme y soit encore ou non. «Dès qu’on sent qu’une situation est explosive, explique le Constable France Lambert, on sépare les conjoints. S’il n’y a pas lieu d’arrêter monsieur, on l’incite fortement à passer la nuit ailleurs et on insiste pour qu’il laisse ses clés à la maison. Une fois qu’il est parti, on dit à sa conjointe de nous prévenir s’il est agressif à son retour, le lendemain.» Pour s’assurer que les enfants et la victime seront en sécurité, le policier leur conseille de se rendre dans une maison d’hébergement.
• Si la femme refuse de se rendre dans une maison d’hébergement, le policier lui propose de la référer, en toute confidentialité et avec son consentement écrit, au CLSC de sa région. Si elle accepte, elle sera contactée par téléphone dans un délai maximum de 8 heures par une intervenante, qui lui parlera des services dont elle pourra bénéficier.

Selon le Constable Lambert, cette étape est cruciale: «Je dis aux femmes qu’elles ne sont peut-être pas prêtes à s’adresser tout de suite au CLSC, mais que ce sera peut-être différent dans une semaine ou un mois. À ce moment-là, elles seront contentes d’avoir les coordonnées. À mon sens, lorsqu’une femme accepte de se faire aider, elle a déjà fait la moitié du chemin.»

Ce qu’il faut savoir
• Depuis 1986, la loi permet aux policiers qui répondent à un appel de violence conjugale de porter plainte contre l’agresseur, même si sa conjointe ne le fait pas.
• Les sentences peuvent varier d’un cas à l’autre. Par exemple, l’homme peut écoper en même temps d’une amende, d’une période d’incarcération et d’un temps de probation avec des conditions précises (comme une ordonnance de non-visite ou de se tenir à plus de 500 pieds de la résidence de sa conjointe).
• S’il est sur le point d’être libéré. Le projet Communic-Action, mis sur pied avec le concours de S.O.S. Violence conjugale, assure le suivi avec la femme dont le conjoint a été incarcéré. Ainsi, dès qu’il passe au Palais de Justice de Montréal, Communic-Action avertit immédiatement sa conjointe du jour et de l’heure exacte où il sera libéré, et sous quelles conditions. La conjointe sait donc à quoi s’en tenir et peut se préparer: elle voudra peut-être, par exemple, changer les serrures de la maison et sera prête à prévenir la police si son conjoint ne respecte pas les conditions de sa remise en Iiberté. De leur côté, les policiers du territoire de la Communauté urbaine reçoivent tous par fax une copie de ces conditions.

LE CYCLE DE LA VIOLENCE
Phase 1: Escalade. Montée de tension causée par des incidents mineurs (engueulade pour avoir oublié le sel, par exemple).
Phase 2: Explosion. Au début l’élément déclencheur est extérieur au couple. Ce peut être le stress, l’alcool, trop ou pas de travail, etc.
Phase 3: Retour au calme (période aussi appelée «lune de miel» ). Excuses, réconciliation, cadeaux et fleurs, jusqu’à ce que de nouvelles tensions s’accumulent et qu’on retourne à la phase 1.
Plus le cycle se répète, plus les épisodes se rapprochent et s’aggravent. À ce stade, l’élément déclencheur est partie intégrante du couple: famille, finances, éducation des enfants sexualité, etc.
Enfin, on aboutit à la présumée incompétence de la femme, qui sert désormais de prétexte à la violence du conjoint. Le transfert est complété: pour le conjoint, c’est la femme qui est responsable de la tension.

LES GROUPES POUR HOMMES VIOLENTS
Comment ça fonctionne
On rencontre d’abord l’homme afin d’évaluer s’il y a des mesures à prendre pour assurer la sécurité de sa femme et de ses enfants et de vérifier s’il n’a pas, en plus, un problème d’alcoolisme ou de toxicomanie. Si c’est le cas, on lui demande de régler son problème de consommation avant de l’intégrer dans un groupe. La thérapie proprement dite peut s’échelonner sur une période de 15 semaines à 6 mois, à raison d’une fois par semaine.
L’Association des ressources intervenant auprès des hommes violents (A.R.I.H.V.) fonctionne selon un contrat de base d’une durée minimale de 15 semaines, renouvelable pour 10 autres semaines, pour un total de 6 mois. Ce contrat signé, implique un engagement ferme à se plier aux conditions de
participation et de suspension. En cas de bris du contrat, une clause stipule que l’organisme a le droit d’intervenir auprès des proches pour assurer leur sécurité et d’alerter la police, la DPJ et l’agent de probation du récidiviste. Quant aux coûts, lis sont fixés à 7 % du revenu brut hebdomadaire du participant.
Dans ces groupes, on apprend, entre autres, des trucs pour faire baisser le taux d’agressivité, on échange, on se détend, on passe en revue les événements familiaux de la semaine, et on apprend aussi à considérer sa conjointe comme un être à part entière.
À l’Après-Coup, à Ville Le Moyne, outre la thérapie externe, on offre une thérapie intensive de 26 jours, avec l’obligation de s’intégrer à un groupe externe, une fois l’interne complété. Les hommes cohabitent 24 heures sur 24, sous la supervision d’un psychologue, le jour, et d’un accompagnateur, le soir.
Le taux de succès
À l’Après-Coup, près de la moitié des participants abandonnent en cours de route. Parmi ceux qui restent plus de 70 % cessent de recourir à la violence physique.
En 1993, une étude validée par l’Université Laval, à Québec, a démontré que, six mois après la fin d’une thérapie, les comportements violents dans leur ensemble avaient diminué de 49 %; la violence verbale avait régressé de 62 %, tandis que la violence physique avait diminué de 94%.
Et les rechutes
Selon Micheline Dubé, dont 50% de la clientèle est composée d’hommes violents, la rechute n’est pas entièrement malsaine, puisqu’elle permet d’évaluer le chemin parcouru et celui qu’il reste à faire. «Ça peut surprendre, mais quand un gars rechute, ça l’écœure!. Changer ne se fait pas du jour au
lendemain.»

Il veut revenir…
On s’en est sortie, mais notre conjoint veut reprendre la vie commune. Comment savoir si on ne retombera pas dans le même pattern? Tous les spécialistes interrogés sont d’avis que deux thérapies valent mieux qu’une: la conjointe doit donc, de son côté, aller chercher des outils pour reprendre
confiance en elle, retrouver son estime de soi et prendre sa place.
Sylvie affirme être aujourd’hui capable de «détecter juste au ton de la voix, s’il y a manipulation, agressivité ou domination».
Colette se dit «toujours à l’affût des liens possibles avec la violence». Indécise quant à son retour en couple, Valérie a néanmoins appris deux choses: «Je n’ai plus à marcher la tête basse, je suis quelqu’un malgré tout. Je sais ce que je veux et ce que je ne veux plus.»
«Au début, je le guettais, confesse Mia. Ça prend énormément d’ajustements et beaucoup, beaucoup de petits pas. Mais on y arrive parce qu’on veut avancer.»

5 Réponses à “POURQUOI ON ENDURE”

  1. Le 6 mars 2015 à 10:49 ANONYM a répondu avec... #

    Pour tous les victimes de violences conjugales y compris les hommes… réagissez. Moi même victime il a fallu qu’il passe à l’acte en voulant m’écraser ainsi que ma fille pour qu’enfin je réagisse.

  2. Le 12 mai 2011 à 0:44 laura a répondu avec... #

    Il y a de l’aide pour les hommes violentés
    il faut allé consulter par expemple dans un clsc qui eux pourrais vous référer

  3. Le 12 mai 2011 à 0:43 Anonyme a répondu avec... #

    Il y a de l’aide pour les hommes violentés
    il faut allé consulter par expemple dans un clsc qui eux pourrais vous référer

  4. Le 5 avril 2011 à 15:41 J. a répondu avec... #

    Je lis ce texte et je suis confus… les trucs sont plutôt pour des femmes… De mon côté, tous les points en lien avec la violence présentés dans ce texte s’appliquent, mais je suis un homme… et il y a peu ou pas de centres pour hommes comme il en existe pour les femmes… Ma conjointe utilise mon enfant issu d’une autre relation pour me faire de la peine, m’insulter et me diminuer. Elle a commencé à l’insulter récemment… et elle la harcèle en nous reprochant tout… elle en est jalouse… aussitôt que je donne de l’attention à mon enfant, c’est l’enfer. Je n’ose même plus prendre mon enfant dans mes bras de peur que ça devienne infernal. Elle fait du bruit lorsque ma fille dort pour la réveiller et peu importe ce que je fais, elle trouve le moyen de s’encourager à être fâchée afin d’avoir d’autres raisons de faire du bruit… Ma fille et moi sommes à bout de nerfs. J’aurais bien des choses à écrire, mais je ne sais pas si c’est utile… Les hommes victimes de violences sont-ils condamnés à être seuls? Je ne sais pas trop quoi penser.

  5. Le 17 février 2011 à 0:00 dénoncer sans peur a répondu avec... #

    Moi je veux briser le silence. C’en est assez de la violence. A… ti te reconnais-tu. Tu n’es qu’un lache qui abuse les plus faible. Tu seras puni un jour, j’en suis sur.

Ajouter votre réponse

TREGOUREZ E BRO GLAZIK |
agencevirtuel |
rebellesimpliquees |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marvus
| Ouled Maallah او...
| PNL, Coaching et Hypnose Er...