Plan de sécurité

Scénario de protection… A consulter absolument !

Qu’est-ce qu’un scénario de protection?

Lorsque survient une agression dans un contexte de violence conjugale, les femmes se retrouvent dans une position où elles doivent prendre rapidement des décisions afin d’assurer leur sécurité et celle de leurs enfants. Dans pareilles circonstances, il est fort probable que le niveau élevé de stress et l’anxiété rendent ces décisions difficiles, surtout si la situation devenait chaotique.

Voilà pourquoi il est nécessaire de préparer un plan pour assurer votre protection et celle de vos enfants, dès maintenant. Rappelez-vous que vous devez toujours prendre au sérieux les menaces de votre conjoint ou de votre « ex ».

Si vous croyez que votre conjoint ou votre « ex » risque d’intensifier ses comportements violents, nous vous recommandons de vous préparer à quitter rapidement le domicile, en vous familiarisant avec les scénarios de protection.

Un scénario de protection est un outil pratique qui vous aidera à prévoir les gestes à faire afin d’assurer votre sécurité. Mieux préparée, vous aurez le sentiment d’avoir un meilleur contrôle de la situation

Avant un épisode de violence conjugale

  1. Gardez une valise ou un sac là où vous pouvez y avoir accès rapidement et facilement. Autant que possible, mettez-y les objets suivants :
    • des vêtements pour vous et vos enfants
    • un double des clefs de l’appartement ou de la maison ainsi que de la voiture
    • de l’argent comptant
    • vos documents d’identité (les vôtres et ceux de vos enfants) : cartes d’assurance sociale, assurance-maladie, certificats de naissance, passeport
    • permis de conduire, preuve d’immatriculation
    • vos livrets de banque, chèques, cartes de crédit, vos documents hypothécaires ou votre bail, contrat de mariage
    • votre carnet d’adresses
    • une photo de votre conjoint ou de votre ex-conjoint pour aider à l’identifier
    • une liste des articles que vous pourrez revenir chercher plus tard.
  2. Assurez-vous que votre sac à main, votre portefeuille, vos papiers d’identité, vos clés et autres articles d’urgence (vos médicaments, ceux de vos enfants, etc.) se trouvent dans un endroit facile et rapide d’accès pour vous.
  3. Prévoyez un moyen de transport.
  4. Parlez de votre situation à des personnes de confiance. Convenez avec elles d’un mot de passe que vous utiliserez pour les avertir que vous êtes en danger et de contacter la police immédiatement.
  5. Apprenez à vos enfants à composer le 911 en cas d’urgence.
  6. Apprenez-leur à ne pas s’interposer durant un épisode de violence conjugale et à se réfugier dans un endroit sécuritaire de la maison ou chez des voisins.
  7. Prévoyez un endroit (parents, amis, maison d’hébergement) où vous pourrez vous réfugier en cas d’urgence.
  8. Établissez un lien avec une maison d’hébergement en partageant ce que vous vivez. Contactez-les en tout temps pour obtenir un soutien et une aide immédiate.

Après la séparation

La violence post-séparation est un phénomène bien réel dont il faut tenir compte pour assurer la sécurité des victimes de violence conjugale. Lors d’une éventuelle séparation ou si vous êtes séparée et que vous craignez votre conjoint, voici quelques moyens pour vous protéger :

  1. Assurez-vous de ne jamais être seule en présence de votre conjoint; privilégiez les endroits publics pour vous rencontrer.
  2. Prévoyez être dans un endroit sécuritaire pour lui annoncer votre séparation. Il est probable que la nouvelle ait un impact sur ses comportements violents.
  3. Si c’est possible, ayez toujours avec vous un téléphone cellulaire, prêt à être utilisé en tout temps.
  4. Évitez les endroits que vous aviez l’habitude de fréquenter ensemble; changez vos habitudes de vie.
  5. Sécurisez votre logis; portes, fenêtres, serrures, éclairage à l’entrée.
  6. Conservez un téléphone sur la table de chevet la nuit pour l’utiliser en cas d’urgence.
  7. Voyez un conseiller juridique pour légaliser la garde des enfants et connaître vos droits.
  8. Si vous n’arrivez pas convaincre votre conjoint ou votre « ex » de vous laisser en paix, demandez l’aide d’un avocat afin d’obtenir une mise en demeure lui demandant de ne plus vous importuner.
  9. Si vous êtes victime de harcèlement, de menaces, de voies de fait et/ou d’appels harassants , vous pouvez porter plainte à la police.
  10. Si vous avez peur et que vous craignez pour votre sécurité et celle de vos enfants, contactez SOS violence conjugale et prévoyez un séjour en maison d’hébergement.

 

Pour trouver une maison d’hébergement près de chez-vous:
S.O.S. Violence conjugale 1 800 363-9010

Scénario de protection... A consulter absolument ! dans Plan de sécurité OUF

AUTRES SCÉNARIOS DE PROTECTION TRÈS IMPORTANT À PRENDRE EN COMPTE

Lorsque vous voulez vous séparer ou lorsque vous êtes séparée

-        Soyez dans un endroit sécuritaire (endroit public, avec des amis ou dans une maison d’hébergement) pour annoncer à votre conjoint votre intention de vous séparer. Vous pouvez également lui faire parvenir une lettre afin que ce soit plus sécuritaire pour vous.

-        Procurez-vous une alarme personnelle portative et un téléphone cellulaire.

-        Utilisez des rues passantes et des endroits publics lors de vos déplacements.

-        Changez vos habitudes de vie (ex : les endroits que vous fréquentiez ensemble sont à éviter; changez certains rendez-vous déjà pris pour vous ou vos enfants).

-        Changez les serrures de votre logis. Ajoutez à votre porte une serrure, une chaînette et un judas.

-        Procurez-vous un système d’alarme, si c’est possible. Pensez aux fenêtres : mettez-y un détecteur ou des barreaux à l’extérieur (il en existe des décoratifs).

-        Assurez-vous d’avoir un téléphone sans fil ou votre cellulaire près du lit la nuit en cas d’urgence.

Lors des changements de garde des enfants ou des droits de visite

-        Diminuez les contacts avec votre conjoint au minimum. Ne négociez pas directement avec monsieur, passez par votre avocat.

-        Demandez à ce que les échanges de garde se fassent à l’école ou à la garderie. Il est possible d’utiliser les ressources de votre milieu (maison de la famille) qui offrent ce service. Faites inscrire cette demande dans votre demande de garde légale.

-        Si monsieur ne respecte pas l’ordre de cours, informez votre avocat.

-        Remettez une copie des conditions de libération à l’école et/ou la garderie si le père a une interdiction de contact avec les enfants. Appliquez ceci aussi aux endroits que vos enfants ont l’habitude de fréquenter.

-        Prévoyez des discussions brèves et précises lors des contacts avec monsieur. Tenez vous en à votre objectif et au sujet de vos enfants.

-        Lorsque vous devez le rencontrer, trouvez un endroit neutre (un lieu public passant).

-        Ayez votre téléphone cellulaire et votre alarme personnelle sur vous.

-        Soyez accompagnée de quelqu’un d’autre.

-        Avertissez quelqu’un de l’endroit et du moment de la rencontre avec monsieur et demandez lui de vous téléphoner. Élaborez un plan d’action en cas de non réponse.

-        Tentez de rester à la vue des gens continuellement.

-        Élaborez un scénario de protection précis avec vos enfants.

Déménagement de vos effets personnels

-        Élaborez une liste des effets importants à récupérer pour vous et pour vos enfants.

-        Assurez-vous d’avoir une copie de l’entente légale sur les effets à prendre.

-        Entendez-vous avec l’avocat de monsieur quant à l’heure et la disponibilité des lieux. Assurez vous qu’il est absent des lieux.

-        Ayez votre téléphone cellulaire et votre alarme personnelle sur vous.

-        Assurez-vous de ne pas être seule sur les lieux. Si vous pensez être présente sur les lieux peu de temps ou que monsieur est présent, demandez l’assistance des policiers.

-        Préparez-vous un plan de sécurité.

-        Ayez un contact avec quelqu’un durant votre démarche (maison d’hébergement, parents, amis…) ou soyez contactée par celui-ci et élaborez un plan d’action en cas de non réponse.

Harcèlement

-        Prenez toujours au sérieux les menaces qui vous sont faites. Le risque d’homicide n’est pas négligeable.

-        Portez plainte pour harcèlement criminel.

-        Assurez-vous que vous avez une copie des conditions de libération. Si monsieur ne respecte pas ces conditions, appelez immédiatement les policiers.

-        Remettez une copie des conditions de libération à l’école et/ou la garderie si le père a une interdiction de contact avec les enfants. Appliquez ceci aussi aux endroits que vos enfants ont l’habitude de fréquenter.

-        Conscientisez l’école et/ou la garderie afin que monsieur ne suive pas les enfants. Ceci permettra aux responsables d’intervenir au besoin et de vous en aviser.

-        Établissez des mesures de protection et élaborez un plan de sécurité avec vos enfants.

-        Lorsqu’il y a harcèlement téléphonique, gardez des traces des appels (voir avec la compagnie de téléphone et enregistrer les messages laissés).

-        Gardez les lettres et les courriels que monsieur vous envoie.

-        Conscientisez les voisins en montrant une photo de monsieur et demandez leur d’appeler les policiers s’ils entendent des cris ou des bruits suspects.

-        Dans les cas extrêmes , changez votre numéro de téléphone, déménagez et changez les enfants d’école.

-        Envisagez la possibilité d’un séjour ou d’un retour en maison d’hébergement.

S’il vous suit

-        Ayez votre téléphone cellulaire et votre alarme personnelle sur vous.

-        Appelez les policiers avec votre téléphone et donnez leur votre position.

-        Demeurez dans des endroits publics et des rues passantes. Ne vous arrêtez pas.

-        Si possible, dirigez vous vers des policiers qui patrouillent ou vers un poste de police. Demandez à ce que des policiers vous attendent dehors.

-        À pied : dirigez vous vers un commerce, chez des amis ou frappez à une porte. S’il vous aborde, utilisez votre alarme personnelle.

-        En voiture : s’il vous barre la route, demeurez dans votre véhicule, c’est votre protection. N’abaissez pas les fenêtres et verrouillez les portières. Demeurez en contact avec les policiers. Ne le laissez pas embarquez dans votre voiture, sous aucun prétexte. Utilisez votre alarme personnelle. S’il vous est possible de contourner l’obstacle, continuez votre chemin vers le poste de police le plus près.

À la cour (criminelle ou civile)

-        Assurez-vous d’être accompagnée (amis, famille, intervenante d’une maison d’hébergement, Centre d’Action Bénévole ou CAVAC pour une cause au criminel).

-        Assurez-vous un transport (taxi ou les policiers si possible et seulement au criminel).

-        Assurez-vous d’attendre dans une salle sécuritaire (salle de témoins ou CAVAC qui offre l’accès à son local dans les causes civiles où il a violence).

-        Soyez, en tout temps, avec la personne qui vous accompagne, informez un gardien de sécurité et restez près de lui dans un endroit où il y a beaucoup de gens. Vous pouvez aussi vous asseoir près de l’enquêteur si c’est une cause au criminel.

-        Exigez l’accompagnement d’un gardien de sécurité.

-        Lors de négociations, exigez qu’un gardien de sécurité soit présent ou que celles-ci s’effectuent dans un endroit passant (cafétéria ou corridors) afin d’éviter le contact d’une petite salle.

-        Ne parlez pas directement à votre conjoint. Passez par vos avocats respectifs.

-        Pour votre départ :

- À la cour criminelle : quittez pendant que monsieur signe les conditions.

- Demandez qu’un gardien vous accompagne jusqu’à une autre sortie.

- Prenez un taxi et retournez plus tard pour le remboursement des frais de déplacement.

- Assurez-vous d’être en sécurité pour les 12/24 heures suivantes (maison d’hébergement ou endroit que monsieur ne connaît pas).

Critères pour choisir votre nouveau logis

-        Déménagez dans une autre ville ou une autre région.

-        Gardez votre nouvelle adresse confidentielle.

-        Conscientisez vos enfants (surtout si le père a droit de contact avec eux) de l’importance de garder votre adresse confidentielle.

-        Assurez-vous qu’il y a 2 portes de sortie pour votre sécurité. Si monsieur se présente, vous aurez une sortie de secours.

-        Comptez le nombre de fenêtres et voyez à ce qu’elles se verrouillent.

-        Choisissez un appartement au deuxième ou troisième étage.

-        Choisissez un bloc appartement avec intercom et porte d’entrée verrouillée

-        Changez les serrures de votre logis.  Ajoutez à votre porte une serrure, une chaînette et un judas.

-        Procurez-vous un système d’alarme, si c’est possible. Pensez aux fenêtres : mettez-y un détecteur ou des barreaux à l’extérieur (il en existe des décoratifs).

-        Assurez-vous d’avoir un téléphone sans fil ou votre cellulaire près du lit la nuit en cas d’urgence.

-        Assurez-vous d’avoir des voisins près de chez vous.

-        Conscientisez les voisins en montrant une photo de monsieur et demandez leur d’appeler les policiers s’ils entendent des cris ou des bruits suspects.

-        Conscientisez l’école et/ou la garderie afin que le père ne suive pas les enfants.

Vous demeurez avec votre conjoint

-   Prenez toujours au sérieux les menaces qui vous sont faites. Le risque d’homicide n’est pas négligeable.

-  Mettez en place un scénario de protection pour les situations de crise :

- comment vous et vos enfants pouvez sortir rapidement

- trouvez-vous une raison pour sortir (rendez-vous chez le médecin, aller chercher les enfants , aller au dépanneur)

- prévoyez un transport (argent pour taxi) et/ou réfugiez-vous chez des voisins ou dans un endroit public

- informez quelqu’un en qui vous avez confiance de la situation

- conscientisez les voisins en montrant une photo de monsieur et demandez leur d’appeler les policiers s’ils entendent des cris ou des bruits suspects.

-  Assurez-vous que vos enfants aient des activités à l’extérieur de la maison (afin d’avoir un moment de répit loin de la situation de tension).

-        Si vous avez à quitter la maison et que vos enfants sont absents, assurez-vous qu’ils sont en sécurité jusqu’à ce que quelqu’un aille les chercher.

Lorsque vous êtes victime de violence physique

-        Vous pouvez porter plainte en tout temps. Prenez toujours au sérieux les menaces qui vous sont faites. Le risque d’homicide n’est pas négligeable.

-        Appelez les ambulanciers ou les policiers. Rendez-vous le plus rapidement possible à l’hôpital.

-        Prenez des photos.

-        Expliquez au médecin la situation, il est tenu à la confidentialité.  Demandez-lui de consigner ces informations au dossier. Si vous décidez de porter plainte, ce document pourra servir comme preuve.

-        Envisagez la possibilité d’un séjour ou d’un retour en maison d’hébergement.

Téléphones importants

Sûreté du Québec : 379-7311

SOS Violence conjugale : 1-800-363-9010

Plusieurs de ces informations ont été prises dans le document « Agir pour prévenir l’homicide chez la conjointe« .

Ce document a été adapté par Julie Mailloux, intervenante, pour la Maison le FAR (Famille, Accueil, Référence) 1985 inc.

 

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

TREGOUREZ E BRO GLAZIK |
agencevirtuel |
rebellesimpliquees |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marvus
| Ouled Maallah او...
| PNL, Coaching et Hypnose Er...